Quels sont les symptômes et les traitements de l’érysipèle ?

Publié le : 03 décembre 20207 mins de lecture

L’érysipèle, également appelé rougeur, est une infection cutanée qui se produit généralement sur la jambe ou le visage. Les symptômes comprennent une rougeur de la zone touchée et un sentiment général de maladie. Sa cause est une infection bactérienne, souvent due à une lésion cutanée mineure, comme le pied d’athlète ou une piqûre d’insecte. Sans un traitement précoce par antibiotiques, elle peut avoir de graves conséquences.

Symptômes typiques de l’érysipèle

Les symptômes typiques de l’érysipèle comprennent une forte rougeur de la peau, brillante et semblable à une flamme, qui est clairement limitée et non purulente. L’inflammation se propage en peu de temps sur une grande surface autour du site d’entrée de l’agent pathogène. Bien qu’elle puisse se produire sur tout le corps, il se développe souvent sur la jambe (en particulier le pied et la partie inférieure de la jambe), le visage, le bras ou le nombril. Une évolution discrète sans rougeur clairement visible et sans symptômes d’accompagnement est également possible. En cas d’apparition répétée, les symptômes ressemblant au rhume sont souvent absents.

Erysipèle: Comment le diagnostic est-il établi ?

Un médecin peut souvent établir le diagnostic en se basant sur les symptômes visibles et les plaintes physiques de la personne affectée. Une partie du processus consiste toujours à rechercher le point d’entrée de l’agent pathogène, par exemple une blessure ou une infection fongique. En outre, il y a une enquête ou un examen concernant les facteurs de risque possibles, c’est-à-dire les maladies concomitantes ou antérieures qui favorisent l’érysipèle. Une analyse de sang ou (plus rarement) un frottis peut compléter le diagnostic et aider à déterminer l’étendue de l’inflammation ou de l’agent pathogène.

Distinction avec les autres maladies

Un élément central à prendre en compte est la différenciation par rapport aux autres maladies. Une démarcation au sens linguistique doit également être assurée. Par exemple, un érysipèle sur le visage est appelé « érysipèle facial ». Toutefois, ce terme peut également désigner une zone sur le visage.

L’érysipèle: Parcours et conséquences

Au cours d’un érysipèle, les agents pathogènes se propagent le long de la fente lymphatique et des vaisseaux lymphatiques, où ils déclenchent des inflammations avec lesquelles l’organisme tente de lutter contre les bactéries. Si le traitement n’est pas effectué assez tôt ou pas suffisamment, des conséquences graves sont parfois imminentes. Les agents pathogènes se propagent rapidement dans tout l’organisme et peuvent déclencher diverses complications. Si, après la disparition de la maladie, elle réapparaît au même endroit, on parle de rechute ou de récidive. Le risque est particulièrement élevé si des facteurs de risque supplémentaires sont présents, tels que le diabète ou les maladies veineuses.

Une thérapie précoce avec des antibiotiques

Un traitement précoce permet généralement

de guérir après quelques jours. Dans le cadre de la thérapie, il est également important de nettoyer et d’entretenir soigneusement le point d’entrée du germe pour éviter les rechutes. Le traitement se fait généralement à l’aide d’antibiotiques, principalement la pénicilline. Selon la gravité de la maladie, le médicament est administré par voie intraveineuse ou sous forme de comprimé. Cela peut parfois nécessiter un traitement hospitalier. L’antibiose, c’est-à-dire le traitement aux antibiotiques, s’effectue généralement sur une période de 10 à 14 jours. Dans le cas de l’érysipèle chronique, l’administration à long terme d’antibiotiques est utile.

Conseils pour le traitement de l’érysipèle

Toute personne souffrant d’érysipèle doit déplacer la zone affectée le moins possible pour éviter que l’infection ne se propage. L’alitement peut donc être recommandé, mais il augmente également le risque de thrombose. Les personnes concernées doivent également suivre ces conseils. Même si beaucoup de gens préfèrent l’homéopathie. C’est une maladie grave qui nécessite toujours une visite chez le médecin et doit être traitée avec des antibiotiques. Les pommades homéopathiques ne peuvent être utilisées comme mesure de soutien pour combattre le gonflement.

Les streptocoques: Cause de la maladie

L’érysipèle est une maladie bactérienne aiguë de la peau qui est généralement causée par des streptocoques (plus rarement par des staphylocoques). Souvent, les bactéries vivent déjà sur la peau et pénètrent dans le corps par de petites lésions cutanées pour se multiplier dans les couches profondes de la peau. Il en résulte un gonflement et une rougeur de la peau dans les zones touchées. Ces points d’entrée dans la peau sont souvent le résultat du pied d’athlète, de piqûres d’insectes, d’éraflures, de fissures de la peau, d’eczéma ou d’infections fongiques.

Facteurs de risque pour l’érysipèle

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, par exemple à la suite d’une opération chirurgicale, ainsi que les enfants et les personnes âgées sont particulièrement sensibles à la maladie. Certaines maladies augmentent également le risque de développer l’érysipèle. Elle n’est pas contagieuse au sens habituel du terme. Les agents pathogènes peuvent être transmis d’une personne à l’autre. Cependant, une peau intacte et un système immunitaire sain peuvent normalement repousser les bactéries. Il n’y a donc généralement pas de risque.

Comment prévenir l’érysipèle?

L’érysipèle ne peut pas être complètement évitée, mais vous pouvez minimiser les facteurs de risque. Si vous souffrez d’une maladie qui favorise l’érysipèle, faites-vous bien soigner. Examinez-vous régulièrement pour détecter les blessures, notamment aux jambes. Les soins professionnels des pieds sont particulièrement recommandés pour les diabétiques, afin que les pieds soient examinés et soignés par des experts. Si vous pensez être atteint, consultez immédiatement un médecin. Si la peau est blessée, il faut la nettoyer et la désinfecter soigneusement pour l’éviter.

À lire en complément : Comment traiter correctement un ulcère ?

À découvrir également : Qu'est-ce que la typhoïde ?

Plan du site