3 questions à se poser avant de reprendre une pharmacie

pharmacie

Publié le : 28 octobre 20216 mins de lecture

Parmi les secteurs en perpétuel développement, il y a la médecine. Comme la technologie, c’est un domaine qui ne cesse d’évoluer et de se diversifier. La pharmacie est l’une des branches directement rattachées à la médecine. Si vous avez décidé d’investir dans une officine de pharmacie, vous avez le choix entre en construire une nouvelle ou en racheter une existante. Voici trois questions à se poser avant de reprendre une pharmacie.

1. Quelles sont les conditions à remplir pour reprendre une pharmacie ?

Non, tout le monde ne peut pas devenir propriétaire d’une officine de pharmacie. Pour cela, il faut avoir fait des études précises et détenir un diplôme d’État. Il s’agit du diplôme de docteur en pharmacie. De plus, sans une expérience conséquente dans le domaine pharmaceutique, il peut s’avérer compliqué d’acquérir une pharmacie. Généralement, au moins six mois d’expérience sont requis à toute personne désirant reprendre une officine pharmaceutique. Racheter une pharmacie est plus facile sur le plan juridique qu’en ouvrir une nouvelle. Toutefois, l’investissement de départ est conséquent dans la plupart des cas. Il faut donc disposer d’une bonne réserve financière pour espérer une cession de la pharmacie par un potentiel vendeur. Avant de reprendre une pharmacie, il y a des étapes à suivre. En premier lieu, il faudra procéder à l’acquisition du fonds de commerce et ensuite, acquérir les parts sociales. Puis, il faudra décider du contrat que vous désirez signer avec le propriétaire de la pharmacie. Il peut s’agir d’une promesse de vente ou d’un compromis de vente.

2. Combien faudra-t-il investir pour acquérir une pharmacie ?

Le prix de rachat d’une pharmacie se situe généralement entre 80 % et 120 % du chiffre d’affaires de la pharmacie en une année. En plus des frais de rachat, plusieurs autres pourraient s’ajouter. À titre d’exemple, vous aurez probablement à investir dans :

  • le rachat de l’éventuel droit de bail ;
  • le réaménagement du local en fonction de votre plan ;
  • l’acquisition du mobilier neuf et attrayant pour entreposer les produits pharmaceutiques ;
  • le renouvellement du matériel utilisé (comptoirs, caisses, matériel informatique).

De même, il y a certaines obligations auxquelles vous devrez vous plier afin que la cession de l’officine soit effective. Par exemple, lorsque vous rachetez une pharmacie, le code du travail impose un transfert des employés vers le repreneur. Autrement dit, vous êtes systématiquement le nouvel employeur des salariés de la pharmacie. Vous prenez donc en charge leurs contrats en entièreté, avec les modalités qui y étaient intégrées.

Toutes ces dépenses ne seront certainement pas minimes. Voilà pourquoi il faut s’assurer de faire un bon investissement en étudiant convenablement la rentabilité de l’investissement. Si vous ne disposez pas des moyens nécessaires pour parvenir à vos fins, il existe plusieurs moyens de financer votre projet sans pour autant vider toutes vos économies. Vous pouvez par exemple engager une négociation avec une banque afin de contracter un prêt. Si votre projet de reprise est convaincant, vous pourrez obtenir un crédit. Toutefois, il vous faudra un apport personnel d’environ 20 %.

3. Est-ce qu’il s’agit d’un investissement rentable à long terme ?

Les officines pharmaceutiques sont chargées de fournir de façon rapide et courante les médicaments aux personnes dans le besoin. Il est donc évident qu’il s’agit d’un marché où la concurrence est rude. Afin de savoir si votre commerce est une activité aussi bien utile que rentable, il faut bien prendre en compte certains paramètres comme la réputation de la pharmacie, son emplacement ainsi que son chiffre d’affaires.

La réputation de la pharmacie

Peu importe à quel point une pharmacie sera rénovée par son acquéreur, si elle jouit d’une mauvaise publicité, il faudra du temps pour revenir à une réputation correcte. Généralement, les pharmacies à mauvaise réputation sont celles qui ne disposent pas toujours des médicaments dont les clients ont besoin. Cela veut dire que le stock n’est pas très varié. Il pourrait aussi s’agir d’un service peu ou mal accueillant. Cela repousse la clientèle. Lorsque vous décidez d’acquérir une pharmacie, renseignez-vous sur la réputation dont elle jouit. Si vous êtes décidé à la prendre malgré que son blason soit terni, élaborez une stratégie précise afin de redorer l’image de votre pharmacie.

L’emplacement de la pharmacie

Il s’agit d’un point crucial lorsque vous désirez acquérir une pharmacie. Est-ce qu’elle est bien située géographiquement ? Est-elle accessible au grand public ? Attire-t-elle l’attention ? Toutes ces questions doivent être prises en compte avant de conclure la reprise de la pharmacie. Il ne faut toutefois pas oublier qu’un bon emplacement devient inutile lorsque la qualité du service laisse à désirer.

Le chiffre d’affaires de la pharmacie

Financièrement parlant, le projet de reprise d’une pharmacie peut coûter cher. Il faut pouvoir couvrir convenablement les possibles dépenses effectuées lors de l’achat et de la restauration de la pharmacie. Le chiffre d’affaires d’une pharmacie peut être une indication importante dans les bénéfices que vous effectuerez dans les années suivant votre reprise de l’officine. Il vous permettra surtout de trouver la bonne direction à donner à votre projet. Un chiffre d’affaires relativement bas vous poussera à repenser à votre stratégie afin d’acquérir une clientèle plus importante.

Plan du site