Combien de types de sushis connaissez-vous ?

Sushi

Publié le : 15 septembre 20225 mins de lecture

Les sushis : tout le monde en raffole ! Pourtant, très peu d’entre vous connaissent toutes les variétés de ce plat japonais qui fait des ravages dans les quatre coins du monde. Lisez cet article jusqu’à la fin pour savoir combien de types de sushis vous connaissez et comprendre les caractéristiques propres à chacun.

Le sushi pressé

Vous cherchez un restaurant de sushi à Lyon mais vous souhaitez d’abord connaître les différentes variétés parmi lesquelles vous pouvez choisir ? Vous arrivez sûrement à distinguer le nigiri sushi du maki sushi, le second étant également appelé « maki » tout court. Bon nombre d’entre vous ont surement rencontré le temaki et le futomaki qui sont préparés avec une feuille de nori. Cependant, dans son pays d’origine, ce plat se décline jusqu’à l’infini. Les Japonais différencient les sushis fermentés et pressés de ceux qui sont servis dans un bol ou sur une assiette.

La recette la plus répandue est celle du nigiri pressé. Ce type de sushi se distingue par son petit pavé de riz sumeshi. Pour le préparer, on doit exercer une pression avec les doigts puis placer une tranche de poisson au-dessus. Le temari sushi est la version ronde du nigiri. Les restaurants qui proposent cette variété restent rares, mais le temari est surtout apprécié par les enfants qui prennent plaisir, accompagnés de leurs parents, à rouler les petites boules de riz.

À lire en complément : Étiquette japonaise : petit guide des bonnes manières !

Le sushi enveloppé

En vous rendant au Japon, plus précisément à Nara, vous aurez la chance de découvrir le kakinoha-zishi : une recette très répandue mais qui reste locale. Ce type de sushi est composé de tranches de maquereau. Le poisson est enroulé dans une feuille qui n’est pas sans rappeler la feuille de nori du sushi universel. Cependant, pour préparer le kakiniha-zishi, les Japonais utilisent plutôt une feuille de plaqueminier.

D’un autre côté, il y a le sasa-zushi : extrêmement populaire dans la ville de Niigata. Il se distingue par son riz au vinaigre assorti de poissons de rivières et de plantes. Le tout est enroulé dans une feuille de bambou. Mais si vous aimez la moutarde, vous allez sans doute adorer le mehari-zishi : une variété légèrement fermentée qui se mange surtout pendant les trajets de longue distance.

Par ailleurs, les sushis enveloppés dans une feuille de tofu portent le nom d’Inari-zushi. La particularité de ce sushi, c’est que le poisson ne fait pas partie de ses composants. Cette recette convient parfaitement aux personnes véganes.

Les sushis enveloppés dans des feuilles de nori

Cette catégorie de sushi est la plus populaire dans les pays occidentaux. Les restaurants spécialisés dans la cuisine japonaise proposent généralement cette variété que tout le monde connait. Le rouleau de riz est associé à du poisson cru et garni aux légumes. Cette combinaison est ce qu’on appelle plus communément sushi maki. Quant au futomaki, il se donne à voir comme la version fournie du maki. Néanmoins, si vous rencontrez une forme de cône, vous avez là le temaki. Moins répandu mais préparé avec une feuille de nori, le gunkan se distingue des autres variétés que nous venons de voir par les œufs de saumon inséré à l’intérieur de la feuille d’algue.

Les sushis fermentés

Vous l’ignorez peut-être mais le sushi originel est le sushi fermenté. Également appelé « nare-zushi », il requiert une préparation particulière pour le riz. Celui-ci est utilisé pour assurer la conservation du poisson. A l’origine, on finissait par enlever le riz qui entourait le poisson. Les Japonais ne mangent que la chair. Seulement voilà, ce plat est tombé en désuétude cédant la place à des recettes qui se rapprochent davantage de la préparation actuelle du sushi.

Le sushi en assiettes

Vous connaissez ce fameux bol de riz sur lequel on dispose des tranches de poisson cru et quelques légumes comme l’avocat par exemple ? En dépit de sa présentation atypique, cette recette porte le nom de chirashi-Zushi. Ce dernier est donc considéré comme un sushi à part entière. Et conformément à l’étiquette au Japon, il est dégusté avec des baguettes.

On retrouve, par ailleurs, le tekone-zushi. Ici, le poisson utilisé doit avoir une chair rouge. Voilà pourquoi la plupart des restaurateurs privilégient le thon rouge. On raconte que ce plat a été inventé par les pêcheurs pour pouvoir continuer à travailler en mangeant. Le bara-zushi est une version plus sophistiquée du chirashi. Un grand plateau de riz au vinaigre est assorti de légumes de saisons et de fruits de mer. Ce plat est servi pendant les occasions spéciales.

Bien que ces recettes soient plus répandues au Japon qu’en France, vous pouvez toujours vous en procurer dans un restaurant de sushi lyon.


Plan du site