Fonds euros et unités de compte : quelles différences ?

Fonds euros

Publié le : 26 janvier 20247 mins de lecture

Pour les épargnants en assurance-vie comme le contrat ProFolio Baloise Life, deux choix existent, à savoir les fonds en euros et les unités de compte. Ils se distinguent les uns des autres sur plusieurs plans, notamment le rendement et le niveau de risque. Plusieurs paramètres sont à prendre en considération avant de sélectionner la solution idéale.

En quoi consiste les fonds en euros ?

Les fonds en euros ne présentent pas une grande différence avec une épargne classique, éventuellement plus rémunératrice. On peut cependant noter quelques particularités pour ce type de support. L’assureur ou le gestionnaire de fonds est chargé d’investir l’argent reçu de l’épargnant sur les marchés financiers par le biais d’un contrat. Cliquez sur le lien pour découvrir le contrat ProFolio Baloise.

Avec ce support, les sommes investies sont garanties en capital et l’épargnant n’a donc pas à craindre de pertes. On parle d’effet cliquet, c’est-à-dire que, chaque année, l’investissement produit des intérêts qui ne peuvent pas être annulés.

Pour obtenir ce résultat, il est nécessaire pour le gestionnaire de fonds de ne pas prendre trop de risques. Cela signifie que les investissements portent sur des produits à la fois faiblement rentables et sûrs. Ces derniers correspondent généralement à des obligations à rendement fixe qui représentent 80 % de l’investissement.

Afin d’augmenter le rendement, le solde intègre quelques investissements en action. Le gestionnaire se réserve également un fonds de trésorerie dans le but de se positionner en cas d’occasion favorable.

La fixation d’un taux minimum garanti est habituellement décidée en début d’année. Il s’agit en fait de la rémunération minimale pour les épargnants sur une année. Il convient de noter que les intérêts ne sont pas calculés par quinzaine comme pour les livrets d’épargne ordinaires. Le TMG s’applique dans ce cas quotidiennement et en temps réel sur le fonds en euros.

Il est possible d’obtenir un supplément de rémunération si la performance du TMG dépasse celui qui était prévu. Le versement de celle-ci est effectué dès que l’exercice suivant commence et correspond à une participation aux bénéfices. Néanmoins, des frais de gestion y sont attachés, lesquels sont compris entre 0,5 à 1 % du capital. Il peut aussi y avoir une provision pour participation aux excédents.

Caractéristiques des fonds en unités de compte

Avec les fonds en unités de compte, l’épargnant peut réaliser des investissements sur des parts de produits financiers variés. La seule garantie que l’assureur est tenu d’y apporter concerne le nombre de parts. Découvrez le contrat ProFolio Baloise Vie sur le site baloise-life.com.

Quant à la valeur des parts, il y a deux possibilités. Soit elle subit une moins-value, soit elle bénéficie d’une plus-value. Bien que le risque et la volatilité soient ici plus élevés que pour les fonds garantis en euros, l’investisseur peut aussi espérer une meilleure rentabilité.

Un contrat multisupport récent et efficace se compose souvent d’une grande diversité d’unités de compte. Des fonds communs de placement ou des sociétés d’investissement à capital variable en font partie. L’investissement aura alors lieu sur les marchés boursiers. Il est aussi tout à fait possible de se tourner vers des assurances-vie dont la spécialité est d’acquérir des parts de fonds immobiliers. On peut penser aux parts de SCPI ou encore aux parts ou actions d’OPCI.

L’épargnant dispose d’une grande liberté d’action avec les unités de compte dans le cadre d’un contrat multisupport. Il peut ainsi opter pour les supports d’investissement qu’il souhaite, ce qui implique notamment la possibilité de comparer les assurances-vie. L’analyse de leur composition précise et de leur historique de performance sont aussi envisageables. Enfin, il peut choisir des supports en relation avec sa stratégie patrimoniale à long terme.

Les frais de gestion pour chaque unité de compte sont habituellement différents de ceux qui s’appliquent à l’assurance-vie proprement dite. Il s’agit donc d’un paramètre dont il convient de tenir compte avant de se décider.

Un fonds en unités de compte séduit essentiellement par le fait qu’il laisse envisager une rentabilité supérieure comparativement à un fonds en euros. Dans cette éventualité, l’investissement s’effectue sur des actifs plus risqués et cela engendre une forte volatilité et une moins-value éventuelle. Mais, avec un choix judicieux, il est possible d’être gagnant sur deux plans, à savoir une performance remarquable et une fiscalité avantageuse.

Distinction entre les assurances-vie monosupports et multisupports

On distingue deux types d’assurances-vie, les assurances-vie monosupports et les assurances-vie multisupports. Les premières ne se composent que de fonds en euros. Il arrive aussi, plus rarement, que ce ne soit que des unités de compte. Les secondes, quant à elles, permettent d’avoir accès aux deux types d’investissements.

Il n’est absolument pas obligatoire d’investir en unités de compte avec une assurance-vie multisupport. Il s’agit juste d’une possibilité offerte. C’est pourquoi, il semble plus judicieux de se tourner vers un contrat multisupport.

Si l’on dispose d’un contrat monosupport, il faut savoir qu’il est possible de le transformer en contrat multisupport. Cette opération est réalisable depuis la mise en place d’une loi datant de 2005 que l’on appelle le transfert Fourgous. Il existe toutefois des conditions pour y accéder.

L’épargnant doit, en effet, procéder au transfert de la totalité de l’ancien contrat. D’autre part, l’investissement en unités de compte doit compter pour au moins 20 % du capital. Bien que des frais puissent être appliqués dans cette situation, il faut bien garder à l’esprit qu’ils seront recouvrés grâce à la productivité supérieure de ce contrat nouvellement conclu.

Les bonnes pratiques

D’après de nombreux spécialistes, il n’est pas souhaitable d’investir l’intégralité de son épargne en unités de compte. Il en va de même s’il s’agit d’un investissement seulement dans un fonds en euros. Une proportion est à trouver, et cela dépend de plusieurs facteurs.

Il convient notamment de considérer l’aversion au risque ou encore l’âge de l’épargnant. Plus ce dernier est jeune, plus les placements à risque peuvent être plus facilement envisagés. Les buts poursuivis sont ici également importants. On ne fera pas les mêmes choix selon que l’on recherche un complément de revenus, la réalisation d’économies pour un voyage ou une défiscalisation de succession. Découvrez également les spécificités de l’assurance-vie au Luxembourg.


Plan du site